in

Journal intime de Roma FF9. Le jour d’ouverture

Le tapis rouge de l’Auditorium Parco della Musica, qui depuis neuf ans a accueilli le Festival international du film de Rome, C’est prêt. En ce moment, plusieurs artistes italiens et étrangers y défilent, invités et protagonistes de cette nouvelle édition, la dernière dirigée par Marco Muller.

Le film d’ouverture est Opéra de savon de Alessandro Genovesi. Une comédie intelligente et légère en dehors des schémas conventionnels. Un film qui provient d’une pièce de théâtre qui n’a jamais été mise en scène et qui, dans son adaptation cinématographique, préserve ce quelque chose de plus typique du théâtre. Le casting du film est composé d’acteurs italiens adorés du grand public: Fabio De Luigi, Cristiana Capotondi, Ricky Memphis, Chiara Francini, Elisa Sedinaoui, Ale and Franz et Diego Abatantuono.

Pour lancer ce matin la section détachée et autonome du Festival, Alice dans la villec’était le film Guide de poche du bonheur de Rob Meyer. Un film mettant en vedette un garçon innocent de 15 ans, sa triste histoire liée à la perte de sa mère et fascinante pour l’aventure qu’il vivra. Un film très poétique qui raconte le passage de l’innocence à l’âge adulte et en même temps la possibilité d’apprendre à être heureux. Comme toujours, la section dirigée par Fabia Bettini est Gianluca Giannelli recueille divers éloges pour les titres qu’il choisit et pour leur grande qualité.

Alessandro Genovesi et le film Soap OperaAlessandro Genovesi au centre, Cristiana Capotondi à droite et Fabio De Luigi à gauche

En ce premier jour, les surprises complètement inattendues ne manquent pas. Tout d’abord l’absence et l’annulation d’un film au programme, L’impasse de Cao Baoping, qui n’a apparemment pas passé la censure chinoise. Une autre surprise est la grande approbation du film allemand par la presse Nous sommes jeunes. Nous sommes forts de Burhan Qurbani. C’est une forte réflexion sociale racontée à travers une direction impeccable et très particulière qui s’insinue presque égoïstement dans le jour de trois personnages. Trois jeunes protagonistes de la violence contre les immigrés dans la ville de Rostock en 1992.
Un film destiné à entrer dans l’âme du spectateur!

Puis ce fut le tour du réalisateur Base Giulio qui, accompagné de sa femme Tiziana Rocca, a présenté le film dans la section Alice nella Città Mon père avec Giorgio Pasotti. Un film intime et tendre qui raconte l’histoire d’un enfant et d’un homme dont les vies se croisent et deviennent finalement inséparables. Une histoire aussi émouvante sans le scénario faible et la mise en scène trop télévisée.

L’événement le plus attendu de la soirée est l’attribution du premier prix proposé par Marco Muller. C’est le Prix ​​d’acteur Marc’Aurelio à Tomas Milian. L’acteur cubain, récompensé pour une carrière exemplaire qui a marqué le cinéma italien et américain, a rencontré la presse lors d’une très courte conférence en attendant la masterclass qui se tiendra demain après-midi à 16h30 dans la Sala Petrassi.

Et en attendant la fin de cette première journée du Festival… Joyeux Festival du Film à tous!

What do you think?

33 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

It's All Right

Paroles de Dentro Algo Morreu par Mily Taormina

It's All Right

Paroles de Volta Pra Mim par Jonatas Campeão (lyrics)