in

Référendum sur l’avortement en Italie: qu’est-ce qui a changé après 40 ans?

Avec le référendum abrogatif de 1981, les Italiens se sont exprimés clairement: ils ont choisi de garder la loi qui avortement légalisé dans les 90 premiers jours de gestation, une loi qui, cependant, accorde aux médecins le droit d’exercerobjection de conscience.

Quarante ans après ce referedum, qu’est-ce qui a changé? L’avortement en Italie est-il un droit garanti?

Référendum sur l’avortement en Italie: les questions

La loi 194 qui dépénalisait l’interruption de grossesse est entrée dans notre système le 22 mai 1978. Lors du référendum de Les 17 et 18 mai 1981, les questions soumises aux électeurs étaient de deux: l’un, sur proposition des radicaux, a voulu étendre la possibilité de l’avortement également aux mineurs, tandis que l’autre, proposé par le Mouvement pour la vie, a demandé l’abrogation de la loi.

Les deux ont été rejetés et la loi est restée. Toutes les femmes en Italie peuvent interrompre volontairement une grossesse dans les 90 premiers jours de gestation, même après, entre le quatrième et le cinquième mois, mais uniquement pour des raisons thérapeutiques. Cependant, cette loi prévoit des limites qui sont encore aujourd’hui la raison pour laquelle l’avortement, dans la pratique, n’est pas si simple: les médecins ont le droit à l’objection de conscience.

A lire aussi: Etre femme sans enfant: le tabou à briser

Référendum sur l’avortement en Italie: inégalité d’accès

L’Europe les appelle «l’inégalité d’accès à l’interruption de grossesse au niveau local et régional». Autrement dit: en Italie, il est difficile de se faire avorter, mais dans certaines régions, c’est plus difficile que dans d’autres. En 2013, le Conseil de l’Europe avait exhorté l’Italie à fournir aux utilisateurs davantage de personnel de santé car les données fournies par le gouvernement montraient que le le personnel médical spécialisé dans la prestation du service qu’il était insuffisant. Faute de médecins, donc, même aujourd’hui en Italie, la loi sur l’avortement n’est pas pleinement appliquée et le point crucial selon l’Europe réside précisément dans la traitement inégal entre les médecins qui s’y opposent et ceux qui ne le. Le nombre d’objecteurs de conscience gynécologiques est même en augmentation: en 2018 on comptait 69% de gynécologues et 46,3% d’anesthésistes avec les points les plus élevés en Molise et dans la province de Bolzano. Moi aussi’avortement médicamenteux ce n’est pas toujours garanti: pour l’instant cela ne représente que 20% des cas et c’est opposés dans certaines régions comme l’Ombrie, les Marches et les Abruzzes avec l’imposition d’une hospitalisation non requise par les règles du ministère de la Santé ou l’interdiction de l’avortement dans les cliniques.

Référendum sur l’avortement en Italie: les pourcentages d’objecteurs

Dans certaines régions d’Italie, l’avortement est presque impossible. Au Molise, 93,3% des gynécologues sont objecteurs de conscience, 92,9% dans la province autonome de Bolzano, 90,2% en Basilicate, 87,6% en Sicile, 86,1% dans les Pouilles, 81,8% en Campanie, 80,7% dans le Latium et les Abruzzes. Ces chiffres montrent combien il est encore difficile d’avoir un avortement en Italie, quarante ans après ce référendum qui a sanctionné l’avortement comme un droit.

Mais pourquoi tant de médecins s’y opposent? Au cours de la dernière décennie, le pourcentage est passé de 58% à 70% des médecins, une situation qui il ne trouve pas de comparaisons dans d’autres pays européens similaires à l’Italie (en France et en Grande-Bretagne, par exemple, il existe une clause de conscience similaire mais dix pour cent des médecins l’utilisent). Le fait est qu’en Italie l’objection de conscience ne dépend pas beaucoup de la conscience, mais un système qui l’encourage. La clause de cette loi destinée à sauvegarder la moralité des médecins pro-vie a fini par créer un paradoxe selon lequel être non-objecteurs signifie compliquer la vie et la carrière. On parle de discrimination, de mépris des collègues et de politiques d’embauche et de promotion qui favorisent les objecteurs. Et de cette manière, même ceux qui ne seraient pas objecteurs par leur propre conviction finissent par devenir objecteurs. Pour perdre, les femmes italiennes qui devraient se voir garantir un droit.

Lire aussi: Ce n’est pas vrai que les femmes se sentent épanouies uniquement avec la maternité

What do you think?

98 Points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

It's All Right

Paroles de Esse Rostinho Bonito Ainda Vai Te Matar (part. Akaimanto e Dourado) par Indie Space

It's All Right

Paroles de Daquilo Que Eu Sei par Leny Andrade (lyrics)