in

Takoua Ben Mohamed est le dessinateur qui lutte contre les stéréotypes raciaux

Il a récemment publié Mon meilleur ami est fasciste, dans lequel il raconte une période particulièrement difficile de sa vie, la première année de lycée dans une école de la banlieue romaine, au milieu des préjugés et des brimades. A Wired, il dit : « Dans cette société centrée sur l’Occident, la clé est le dialogue »

« Pour les blancs je suis noir et pour les noirs je suis blanc. je suis tunisien et je suis italienàn / A. Je suis tout et je ne suis rien. Mais ce qui me dérange le plus, c’est d’être catégorisé par le voile que je porte et de ne pas voir mon professionnalisme reconnu ». Takoua Ben Mohamed, né en 1991, est un dessinateur, producteur et auteur du roman graphique Mon meilleur ami est un fasciste, publié par Rizzoli. Les pages de son premier livre pour enfants contiennent son histoire qui l’a conduite à franchir la « porte du Sahara » pour rejoindre l’Italie, où son père et de nombreux préjugés l’attendaient. « Je suis arrivé à huit ans avec ma mère et mes frères et sœurs plus âgés, cependant retrouver mon père, un réfugié politique en Italie, contraint de quitter la Tunisie pour avoir participé à des manifestations contre la dictature de Ben Ali », raconte-t-il à Wired, rappelant les premiers pas faits dans le beau pays.

Après une première année vécue dans la petite communauté de Valmontone, qui a immédiatement accueilli sa famille, l’impact avec les nuances contrastées de Rome et, surtout, avec le 11 septembre 2001, date qui a marqué une nouvelle ère, est également venu dans la vie de Takoua. . « Avant l’attaque des Twin Towers, il y avait une autre perception de nous les musulmans, des migrants. Puis, tout à coup, les gens ont changé d’attitude envers nous, nous avons eu l’impression d’être espionnés par les voisins, ils nous regardaient comme s’ils soupçonnaient que nous avions des bombes dans la maison ». Alors, alors que l’attentat terroriste bouleversait le monde, Takoua a décidé de prendre un crayon et une feuille blanche pour annihiler les regards méfiants et esquisser sa véritable essence, au-delà du voile qu’elle a librement décidé de porter depuis son enfance.

« Des provocations et des insultes que j’ai reçues, surtout, de mon collègue de bureau Marco [di cui parla nel libro ndr], j’ai commencé à me poser des questions sur des détails que je ne connaissais pas moi-même : par exemple, pour lui j’étais « le Tunisien », mais j’avais désormais oublié la Tunisie ; Je ne savais pas que j’étais un immigrant ou ce qu’étaient les terroristes. Alors, blessé mais tout aussi curieux, Je cherchais le sens de ces mots dans lesquels ils me catégorisent», poursuit-il en illustrant comment, malgré les difficultés qu’il rencontre encore aujourd’hui, ces attentats ont représenté l’incitation à s’engager dans l’activisme social et le volontariat.

Alliant la passion du dessin et l’engagement en faveur des droits de l’homme, elle a trouvé dans la bande dessinée le moyen de communication, enfant, pour surmonter l’obstacle de la langue italienne, et, par la suite, raconter avec simplicité et, parfois, ironie la vie quotidienne des deuxièmes générations en Italie, entre intégration et multiculture. Diplômée de l’Académie du cinéma d’animation de Florence, à la pointe des questions politiques et sociales, du printemps arabe au rôle des femmes dans la révolution jusqu’à la violation des droits humains dans les pays arabes, Takoua est Regardez au-delà des préjugés témoignage, campagne de sensibilisation contre l’islamophobie promue par la Fondation L’Albero della Vita pour lutter contre la discrimination que doivent subir les femmes musulmanes. Cette discrimination qui, en tant que musulmane à la peau noire voilée et fille de migrants, vit au quotidien, notamment dans le milieu professionnel : « Il m’a toujours été très difficile de trouver un travail de salariée, même lorsque je cherchais emplois pour subvenir à mes besoins pendant mes études, je n’ai jamais été pris en considération. C’était difficile, mais j’avoue qu’après tant de huis clos au nez, grâce à ma débrouillardise et mes sacrifices, j’ai pu construire ma carrière de dessinateur et producteur indépendant qui me donne tant de satisfaction ».

Avec d’autres gars, il a également fondé M Collective Ltd, une société de production qui réalise des documentaires sur la jeunesse, l’innovation, le changement social et l’interculture, dont le docufilm Hejab Style diffusé l’an dernier sur Al Jazeera. Autant de gratifications avec lesquelles Takoua renforce son caractère, tournant le dos aux préjugés, même de ses professeurs qui la traitaient comme si elle n’avait aucune perspective dans la vie. « Malheureusement, au lieu d’être un lieu de rencontre séculaire entre différentes cultures, l’école s’avère souvent être un repaire de préjugés. Maintenant, j’ai grandi et j’ai des épaules solides, mais j’ai vécu de première main ce que cela signifie être persécuté par l’intimidation. Je crois que le milieu scolaire doit être plus inclusif, leur apprendre aussi à affronter la vie, à mieux connaître, par exemple, l’histoire des religions et la politique contemporaine pour former des jeunes conscients et respectueux de la diversité », commente-t-il, ne tenant pas revenir sur ses regrets pour les limitations dues, dès l’école, à absence de nationalité italienne.

« Ce n’est pas une question d’identité, car je sais que je suis italien et je n’ai à convaincre personne ; il s’agit plutôt droits refusés. La Constitution professe l’égalité, mais malheureusement si vous avez un faible revenu vous ne pouvez pas vous permettre la citoyenneté », dénonce-t-elle haut et fort, invitant toutes les filles musulmanes, et pas seulement, à se battre pour leurs droits, à apprendre à dire non et surtout à parler de soi. , dénoncer. Takoua s’estime chanceuse, aussi grâce à ses parents qui l’ont toujours soutenue, mais franchir la porte de l’ignorance, en une société définie par elle comme « centrée sur l’occident », conseille d’utiliser la clé du dialogue, dans le plein respect du libre choix. Comme celui qui l’a amenée à porter le voile, qui pour elle ce n’est en aucun cas un symbole d’oppression, ne plus donner de poids au jugement des autres, s’engager toujours dans de nouveaux projets professionnels car « je suis peut-être différent, mais je suis ce que j’ai décidé d’être ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Gunpowder Milkshake est un joli pack

Gunpowder Milkshake est un joli pack

Les nouveautés BD de la semaine

Les nouveautés BD de la semaine